Le site du bricolage
Voir la liste des Magasins de bricolage en France

Connaître les bonnes techniques d’assemblage pour réussir le travail du bois

Le travail du bois est un travail réalisable par tout bon bricoleur. Même si vous avez affaire à un bois de très bonne qualité, sans un bon assemblage, votre menuiserie risque de tanguer et même de se briser. Pour agir en vrai professionnel et obtenir ainsi un meuble digne de cette qualification, il faudra maîtriser les différentes méthodes d’assemblage et utiliser les matériels appropriés.
La prise de mesures des placards
Une bonne prise des mesures est non seulement la première étape mais surtout l’étape fondamentale de toute ...
Protéger, traiter et décorer le bois
Pour faire durer un bois, il faut déjà au préalable le protéger contre d’éventuelles attaques parasitaires ...
Poser un escalier
Les amateurs de bricolage doivent prendre connaissance des techniques requises pour réussir la pose d’un ...

Pour pouvoir mener à bien un travail d’assemblage, il faut déjà avoir tous les instruments nécessaires. Le travail du bois diffère en fonction du résultat attendu et nécessite dès lors la maîtrise de tous les types d’assemblage : « à mi-bois » pour un résultat en L ou en X, « à tenon et mortaise » pour assembler en T deux pièces de bois carré, « à rainure et languette » pour assembler deux parties relativement longues, « à tourillons » pour assembler par exemple deux bords entre eux ou pour renforcer les assemblages, « en onglet » pour le façonnage des cadres et « spécial charpente » pour le montage des charpentes.

Les outils adéquats pour l’assemblage du bois

Avant de procéder à l’assemblage, il faut réunir les outils suivants :

  • un mètre ruban,
  • un niveau à deux bulles,
  • une scie « à dos », ou à défaut une scie « égoïne »,
  • un équerre : pour tracer et assurer les angles droits,
  • une mousse de polyuréthane écologique,
  • un marteau,
  • un ciseau à bois à manche en plastique ou en bois, avec une lame de moins de 50 mm de large,
  • une perceuse électrique avec option visseuse,
  • un maillet de bois,
  • et un serre-joint.

L’assemblage en milieu de bois ou « à mi-bois »

Ce genre d’assemblage peut être utilisé pour une petite charpente ou une partie d’une clôture. Il permet d’assembler deux bois carrés afin d’obtenir des formes en X, en T ou en L. Pour ce faire :

  1. Superposez perpendiculairement les deux parties sur la jonction désirée et transcrivez sur la partie inférieure la largeur de la partie supérieure, et inversement. Prolongez ces lignes sur les chants au moyen de l’équerre jusqu’à la moitié de ces derniers et tracez une ligne horizontale pour joindre les deux bouts. Faites de même pour les deux faces des chants, vous obtiendrez ainsi la profondeur à découper.
  2. Coupez en suivant les lignes jusqu’à la profondeur délimitée par les tracés horizontaux des chants puis, à l’aide du ciseau à bois et en procédant vers le bas, retirez des copeaux jusqu’au milieu de la ligne horizontale, retournez ensuite la pièce et faites de même à partir de l’autre bout jusqu’à obtenir un vide entier.
  3. Une fois l’essentiel du bois retiré, vérifiez à l’équerre si le fond de l’entaille est bien plat. Pour parfaire le résultat, utilisez une lime.
  4. Procédez enfin à l’assemblage des deux pièces et renforcez-les au moyen d’un serre-joint ou en les vissant.

L’assemblage de type « à tenon et mortaise »

Les « tenons et mortaises », appropriés dans la fabrication de meubles, permettent un assemblage sous forme de T plus esthétique grâce au tenon qui est inséré dans la mortaise. Le bois muni du tenon (un élément saillant à son extrémité) est appelé « traverse », tandis que celui muni de la mortaise (une entaille effectuée sur le bois) est appelé « montant ». On distingue deux types d’assemblages : celui à tenon traversant sur lequel le tenon se voit au dos du montant, et celui à tenon arrêté sur lequel le tenon est dissimulé à l’intérieur du montant ( Notons que ce deuxième type est plus esthétique). Pour réussir l’assemblage, procédez de la manière suivante :

  1. Confection du tenon : L’épaisseur de la traverse doit être trois fois supérieure à celle du tenon. Calculez les dimensions de l’enfoncement surtout s’il s’agit d’assemblage arrêté. Prenez le montant, tracez à son extrémité les lignes de coupe et sciez de quelques millimètres sur les 4 faces de façon à obtenir l’épaisseur désirée du tenon.
  2. Confection de la mortaise : L’épaisseur du tenon sera reportée à l’endroit où sera creusée la mortaise. Sur votre table de travail, effectuez des petites perforations sur le pourtour tracé et entaillez au moyen d’un bédane et du maillet.
  3. Assemblage : à l’aide du maillet, procédez d’abord à une vérification en insérant le tenon à l’intérieur de la mortaise. Ensuite, désassemblez et enduisez la mortaise et le tenon de colle à bois avant l’assemblage définitif. Si la mortaise est plus large, on peut renforcer l’assemblage à l’aide de chevilles ou de clavettes fichées dans le tenon.

L’assemblage de type « à rainure et languette »

Dans ce type d’assemblage, le principe est le même que pour un procédé à « tenon et mortaise », sauf qu’ici, la mortaise et le tenon sont plus longs. Utilisé également dans la fabrication de meubles, ce genre d’assemblage est très pratique car il suffit juste de glisser la languette dans la rainure. Pour une entaille classique, il suffit juste d’insérer une planche à l’intérieur d’une rainure. Pour réussir ce type d’assemblage, procédez de la manière suivante :

  1. Reportez l’épaisseur de la planche sur l’élément à entailler, la profondeur de la rainure doit correspondre à 1/3 de la largeur du chant.
  2. Sciez en suivant les tracés et en respectant l’enfoncement recommandé (1/3). Entaillez au moyen du ciseau à bois et finissez à l’aide d’un rabot spécial appelé « guimbarde ». Après un premier assemblage d’essai, enduisez de colle la rainure et la partie de la planche à insérer puis achevez l’assemblage.

Pour ne laisser apparaître aucune trace d’assemblage de tous les côtés du meuble, la rainure ne doit pas se faire sur toute la longueur de la pièce. En effet, vous laisserez un bout non rainuré à chacune des deux extrémités ou à l’extrémité visible, tout en découpant les bouts correspondants de la planche en fonction de la longueur de la partie non rainurée et de la profondeur de la rainure. Pour l’assemblage, le principe reste le même.

Si la planche à insérer est trop épaisse, créez une languette représentant à peu près la moitié de l’épaisseur de la planche en suivant les mêmes procédés que pour un tenon et une mortaise, sauf qu’ici vous aurez des dimensions plus longues.

L’assemblage de type « à tourillons »

Les tourillons sont des petits tubes de bois vendus sur le marché en différentes longueurs et de diamètres différents, utilisés pour l’assemblage de deux pièces. Ce procédé est idéal pour assembler deux chants ou pour fixer des pieds de table. Pour ce faire, repérez les points à percer pour la première pièce, puis enfoncez sur tous les repères des pointes fines, appuyez la seconde pièce dessus pour obtenir des repères de trous bien concordants. Au cours du perçage, prévoyez un enfoncement supérieur à celui du tourillon pour la colle, et pour parfaire les trous, utilisez une fraise angulaire. Enduisez de colle les trous de la première pièce et la moitié des tourillons puis insérez-les, ensuite enduisez de colle le reste des tourillons ainsi que les trous de la seconde pièce, assemblez en utilisant le maillet puis renforcez au serre-joint.

L’assemblage de type « en onglet »

Moins résistant, ce type d’assemblage n’est adapté que dans la réalisation de cadres (photo, tableau…) ou de meubles vraiment légers. Le principe est simple, les deux pièces seront coupées à l’aide d’une scie à onglet à 45° chacune. Etalez de la colle sur les deux bouts sciés, assemblez dans un étau, puis vérifiez la perpendicularité avec l’équerre. Solidifiez l’ensemble en enfonçant en oblique des clous ou des vis à bois pour les clous, préférez ceux à tête conique pour éviter les cassures du bois ou ceux à tête d’homme qui se dissimulent aisément dans le bois. Après avoir bien enfoncé les têtes des vis ou des clous, enduisez les trous d’enduit ou de pâte à bois.

L’assemblage spécial « charpente »

Étant donné que les charpentes utilisées dans la réalisation de la toiture et du parquet sont destinées à supporter de lourdes charges, elles doivent être très résistantes. En effet, on peut trouver des fers galvanisés prévus pour allonger les poutres, dont une moitié sera mise sur la première pièce et l’autre moitié sur la seconde pièce. Ces derniers seront fixés de part et d’autre de l’assemblage. Pour assembler des poutres en T ou en L, on peut trouver des ferrures en acier galvanisé en L à clouer au niveau des angles droits. Pour le cloutage, vous utiliserez de préférence des pointes torses ou striées car ces dernières sont beaucoup plus résistantes.

 
La prise de mesure des escaliers
Les escaliers sont des éléments délicats à mesurer. Il n’est pas évident, en particulier pour les non-initiés, de savoir quelles sont les mesures nécessaires et par où commencer la prise de mesure. Le ...
L’assemblage des meubles en ligne
Il est possible de faire la distinction entre différentes techniques d’assemblage de meubles. Concernant l’assemblage des meubles en ligne, celle-ci consiste à relier deux ou plusieurs pièces sur un ...
Restaurer un meuble
Généralement, lorsque les meubles sont abîmés ou usés par le temps, on a tendance à ne plus nous en soucier, quitte à nous en procurer de nouveaux. Toutefois, la rénovation d’un meuble est tout à fait ...
 
 

Merci de respecter le ©Copyright 2007-2014
Textes protégés par Copyscape.Com
Celebrities pictures